Karina Gauvin

Soprano

KG_Loge_279-630x418-1_edited_edited.png

Réputée pour son interprétation du répertoire baroque, la soprano canadienne Karina Gauvin chante avec autant de succès Mahler, Bach, Beethoven, Britten, ainsi que la musique de la fin du 20e siècle et celle du 21e. Elle a reçu plusieurs prestigieuses distinctions, dont le titre de « Soliste de l’année » décerné par la Communauté internationale des radios publiques de langue française et le premier prix du Concours national des jeunes interprètes de la SRC. Elle a également obtenu à Londres le Prix Virginia Parker et le Maggie Teyte Memorial Prize. Durant sa passionnante saison 2018–2019, elle a chanté au Wigmore Hall, à l’université Brigham Young, avec l’Orchestre de chambre du Manitoba, l’Orchestre du Centre national des arts du Canada, la Symphonie de Saint-Louis, l’Orchestre symphonique de Montréal et l’Orchestre métropolitain.

Madame Gauvin a chanté avec les plus grands orchestres symphoniques, dont les orchestres symphoniques de Montréal, de San Francisco, de Chicago, ainsi que les philharmonies de New York et de Rotterdam, sans compter plusieurs orchestres baroques comme Les Talens Lyriques, l’Orchestre baroque de Venise, l’Académie Bizantina, Il Complesso Barocco, Akademie für Alte Musik Berlin, l’Orchestre baroque Tafelmusik et Les Violons du Roy. Elle a travaillé sous la direction de Semyon Bychkov, Charles Dutoit, Bernard Labadie, Kent Nagano, Sir Roger Norrington, Helmuth Rilling, Christophe Rousset et Michael Tilson Thomas. De plus, elle a donné des récitals avec les pianistes Marc-André Hamelin, Angela Hewitt, Michael McMahon et Roger Vignoles.

À l’opéra, elle a obtenu un succès remarquable dans de nombreux rôles comme Vitellia dans La clemenza di Tito de Mozart, au Théâtre des Champs-Élysées, Vénus dans Dardanus de Rameau avec l’Opéra National de Bordeaux, L’Eternità/Giunone dans La Calisto avec le Bayerische Staatsoper, le rôle-titre dans Armide avec De Nederlandse Opera, Armida dans Rinaldo de Händel au Festival Glyndebourne, le rôle-titre dans Alcina de Händel avec les Les Talens Lyriques et celui d’Ariadne dans Die Schöne und getreue Ariadne de Georg Conradi au Boston Early Music Festival. Elle a aussi chanté dans Tito Manlio de Vivaldi à Bruxelles et au Barbican de Londres, Fulvio dans Ezio de Händel, à Paris et à Vienne, le rôle-titre dans Giulio Cesare, également à Paris et à Vienne et le rôle-titre dans Juditha Triumphans de Vivaldi avec Andrea Marcon au Concertgebouw d’Amsterdam. Elle a également chanté Seleuce dans Tolomeo de Händel en compagnie d’Alan Curtis avec qui elle a enregistré des opéras de Händel, entre autres sur étiquettes ARCHIV/Deutsche Grammophon, Virgin et Naïve. Ses enregistrements avec le Boston Early Music Festival Orchestra lui ont valu deux nominations aux Grammy Awards.

Soulignons quelques-unes de ses mémorables prestations en concert : la princesse dans L’enfant et les sortilèges de Ravel, avec la Philharmonie de Rotterdam dirigée par Yannick Nézet-Séguin ; La Passion selon saint Jean de Bach et Solomon de Händel, avec Les Violons du Roy ; le Stabat Mater de Pergolèse avec la Philharmonie de Los Angeles ; et Le Martyre de Saint Sébastien de Debussy et la Symphonie no 2 de Mahler, avec l’Orchestre symphonique de San Francisco.

La discographie de Karina Gauvin comprend plus de 30 titres. Ses enregistrements lui ont valu plusieurs récompenses, dont le Chamber Music America Award pour Fête Galante, avec le pianiste Marc-André Hamelin, ainsi que plusieurs Prix Opus. Parmi ses projets réalisés sur disque figurent une tournée européenne, un enregistrement de Ariodante de Händel pour EMI Virgin Classics, une autre tournée européenne et un enregistrement de Giulio Cesare pour Naïve House, tous deux avec Alan Curtis et Il Complesso Barocco, et enfin, Les Illuminations de Britten qu’elle enregistra avec Les Violons du Roy sous la direction de Jean-Marie Zeitouni. De plus, elle vient de compléter un enregistrement en hommage à Anna Maria Stada del Po avec Alexander Weimann et l’Ensemble Arion.